vendredi 21 juillet 2017

ETRHB-Haddad : plusieurs projets structurants inachevés à Bouira

Décidément, le patron du groupe ETRHB-Haddad, également président du Forum des chefs d’entreprise (FCE), Ali Haddad, est dans de mauvais draps. Détenteur de plusieurs projets dits structurants, notamment dans le secteur des travaux publics, l’empire aux pieds d’argile a été mis en demeure par le département du nouveau ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zalène. Ce dernier a, semble-t-il, une mission déterminée, celle de purifier le secteur. Dans la wilaya de Bouira, il s’agit des travaux de réalisation du dédoublement de la voie reliant l’autoroute à la ville de Sour El Ghozlane sur une distance de 31 km. Lancé en 2012, le marché a été acquis par le groupe ETRHB Haddad pour une enveloppe estimée à 65 milliards de dinars, pour un délai qui ne devait pas excéder les 36 mois. L’ETRHB a été destinataire d’une mise en demeure publiée dans la presse nationale. Le projet accuse un retard énorme. L’entreprise en question a été invitée, à maintes reprises, à redoubler d’efforts, et ce, en renforçant les chantiers en moyens humains et matériels. Détentrice également de projets de mise à niveau de la section autoroutière allant de Lakhdaria à Bouira, l’entreprise en question, qui a bénéficié du marché de gré à gré, a montré ses limites, dans la mesure où le projet n’a pas été livré dans les délais. Mécontentement Outre le retard accusé dans la livraison des chantiers, c’est la qualité des travaux exécutés sur le terrain qui amène à poser de nombreuses questions. Les ministres qui se sont succédé à la tête du secteur ont toujours exprimé leur mécontentement quant au retard accusé dans la livraison des chantiers détenus par l’entreprise Haddad, mais en aucun cas n’ont «rendu publiques» leurs déclarations. Hormis l’ex-ministre Chial qui avait payé cash son poste pour avoir exprimé sa colère en raison du retard accusé dans la réalisation de ce projet, en présence d’Ali Haddad, aucun autre responsable n’a osé tenir un tel langage à une homme proche du cercle du pouvoir. Au contraire, en haut lieu, on a toujours rectifié «le tir» en félicitant l’entreprise pour ses efforts consentis pour la réalisation des projets. Par ailleurs, le gouvernement a décidé récemment, et sur décision de l’ex-Premier ministre Abdelmalek Sellal, de procéder à l’annulation de l’attribution du marché relatif à l’aménagement de la zone industrielle de Sidi Khaled, dans la commune de Oued El Berdi. L’ETRHB Haddad avait acquis le projet pour un montant avoisinant les 400 milliards de centimes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire