jeudi 13 juillet 2017

Baccalauréat : une session « exceptionnelle » sous haute sécurité

Ils sont environ 104.000 candidats à avoir commencé à concourir, ce jeudi matin, aux épreuves de la session exceptionnelle du baccalauréat, perçue comme une « deuxième chance » accordée à celles et ceux parmi eux qui n’avaient pu prendre part à la précédente, pour une série de considérations.  Commentant l’organisation de cette seconde session, une première en Algérie, la journaliste de la chaine 3 de la Radio Algérienne rappelle qu’elle avait été décidée, le 21 juin, par le président Abdellaziz Bouteflika, en réponse aux doléances formulées par « de nombreux parents » d’élèves. Celle-ci signale qu'elle est ouverte au bénéfice des élèves retardataires ou absents à celle organisée à partir du 15 juin dernier, qu'elle se déroulera, entre les 13 et 18 juillet, dans les mêmes conditions « de rigueur » et entourées d’un dispositif « sécuritaire » particulier, afin de parer à des tentatives de fraude. Des systèmes de brouillage et de détecteurs de métaux ont été installés dans  les 299 centres d’examen répartis à travers le pays, à l’effet de déjouer d’éventuels phénomènes de triche.   A noter que pour la seule wilaya de Djelfa, il a été constaté le retard de plus de 6.000 candidats aux épreuves antérieures du baccalauréat. Le ministère de l’Education nationale avait, par ailleurs,fait savoir que les résultats des deux sessions seront communiqués au même moment, vers la fin du mois de juillet courant. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire