jeudi 18 mai 2017

Les adjoints d'éducation autorisés à participer au concours de promotion au poste de directeur

La ministre de l'Education nationale, Nouria   Benghebrit a affirmé mercredi que la Direction générale de la fonction   publique a donné son accord autorisant les  adjoints d'éducation ayant au   moins deux années de service à participer au concours de promotion au poste   de directeur d'établissement. Invitée de l'émission "Niqach maftouh" de la télévision algérienne, Mme   Benghebrit a indiqué que "le ministère de l'Education nationale, en   collaboration avec la fonction publique, autorise les adjoints d'éducation   à participer au concours professionnel de promotion au poste de directeur   après deux années de service" au lieu de cinq exigées auparavant.  La ministre a affirmé que la Direction de la fonction publique a "élargi   l'autorisation exceptionnelle accordée au ministère en 2016 qui concernait   uniquement certains rangs du secteur pour la promotion professionnelle, et   ce suite aux arguments valables présentés par son département".  En effet, seuls les fonctionnaires ayant cumulé cinq années de service   pouvaient prétendre à une promotion au poste d'enseignant principal,   a-t-elle souligné précisant que cette durée est passée à deux ans seulement   après la conclusion, récemment, d'un accord avec la Direction de la   fonction publique.  Par ailleurs, la première responsable du secteur a évoqué lors de cette   rencontre les  préparatifs des examens scolaires qui se dérouleront entre   le 24 mai et le 15 juin prochain.  Concernant l'examen du baccalauréat prévu du 11 au 15 juin prochain, Mme   Benghebrit a rassuré les élèves et leurs parents que les sujets seront   "clairs et exempt d'erreurs" grâce au plan national de formation des   inspecteurs et des enseignants adopté cette année.     Elle a indiqué dans ce sens qu'il n y aura pas de changement radical sur   le contenu des sujets. les épreuves porteront sur deux sujets au choix pour   chaque épreuve, a ajouté la ministre précisant que pour éviter les erreurs,   deux commissions distinctes relevant de l'Office national des examens et   concours (ONEC) ont été mise en place pour la lecture des sujets.    Concernant la sécurisation de cet examen "décisif", la ministre a cité   certaines mesures adoptées à cet effet  dont la réhabilitation de l'ONEC, la formation des employés outre   l'installation d'une commission mixte avec le ministère de la Défense   nationale et le ministère de l'Intérieur, chargée de veiller au bon   déroulement des examens, et la réduction du nombre de centres où sont   gardés les sujets des épreuves.         La ministre a appelé les encadreurs de l'opération de surveillance   des examens à faire preuve de rigueur   en cas de flagrant délit de fraude dans les salles d'examen, afin d'assurer   l'égalité des chances pour tous les candidats. Elle a en outre appelé les   élèves et leurs parents à se conformer aux mises en garde contenues dans   les convocations notamment l'interdiction du téléphone portable en salle   d'examen, rappelant que si un élève est surpris avec un téléphone portable,   il est en tentative de fraude même s'il ne l'a pas utilisé".        Mme Benghebrit a rappelé les sanctions en cas de fraude à savoir   l'interdiction au candidat au Baccalauréat de participer à l'examen pour   une durée de cinq ans et 10 ans pour les candidats libres. Elle a également   appelé les parents d'élèves à sensibiliser leurs enfants sur la gravité de   cet acte pour "garantir la crédibilité et la qualité de cet examen",   soulignant que toutes les conditions sont réunies pour assurer le succès du   bac 2017".        Pour l'examen de fin cycle primaire prévu le 24 mai et auquel   participeront 760 652 élèves, la ministre a rappelé que les candidats le   passeront au sein de leurs établissements, précisant que les contrôles   continus seront pris en compte. Les élèves sont évalués sur trois matières   la langue arabe, la langue française et les mathématiques. La ministre a   démenti le recours à une session de rattrapage.        Plus de deux millions d'élèves au total sont inscrits aux examens   nationaux cette année avec   761 701 candidats au baccalauréat (candidats libres: 35,50%) et 566 221   candidats au Brevet d'enseignement moyen (BEM).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire