samedi 6 mai 2017

45% de participation à Oran

Bilan mitigé à l’ouest du pays où, malgré un chiffre relativement encourageant par rapport à d’autres régions du pays, le vote n’a pas enthousiasmé les foules. Comme il fallait s’y attendre, l’abstention a été majoritaire à Oran, vu que seulement 45% des électeurs se sont rendus aux urnes. A cela, il faut noter que nombre de citoyens n’ont même pas pris la peine de s’enregistrer sur les listes électorales, et ont refusé obstinément à faire établir leur carte de vote, ce qui donne une certaine idée sur le taux d’abstention massif qu’a connu ce scrutin. Jeudi matin, au hasard d’une discussion dans une gargote de «karantika» près de la place Hoche, une bande de jeunes discutaient amicalement non pas des élections qui avaient lieu le jour même, mais de leur projet de prendre le large prochainement. «Cet été, j’ai envie de m’embarquer avec des harraga pour partir en Espagne», lance l’un d’eux. «Mais non, lui réplique son ami, et si nous partions pour l’Italie ? Il paraît que c’est très beau. Mais pour ça, il faut juste aller jusqu’à Annaba.» Et un troisième de renchérir : «Vous n’y êtes pas du tout ! Y a un troisième pays merveilleux, et pas très connu de nos concitoyens, ça serait formidable d’y aller : la Grèce !» Un peu plus loin, au boulevard des Chasseurs, une autre bande de jeunes était, elle aussi, animée par une discussion : «Macron s’est bien défendu hier, c’est sûr, ça sera lui le futur Président en France.» Et partout, notamment dans les rangs des plus jeunes, un mot revenait de façon récurrente : «Mansotich !» Ces petites tranches de vie, un jour d’élections, indiquent à quel point les Oranais ont la tête ailleurs et ne s’intéressent guère à ces législatives. Le lendemain du vote, c’est-à-dire hier, en allant dans un quelconque café de la ville, on trouve un établissement bondé, et les yeux braqués sur la télé. Sauf que ladite télé ne retransmettait nullement l’ENTV et la conférence de presse du ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, mais émettait plutôt la chaîne BeiN Sport. Les résultats importent peu pour le plus grand nombre des citoyens, car ils savent fort bien qu’aucun changement ne sera apporté à la cité. Quant à celles et ceux qui sont allés voter, beaucoup se sont réveillés le lendemain avec une certaine gueule de bois, bien qu’ils n’aient peut-être rien bu la veille. «Vraiment, je croyais en ces élections et je pensais que ce serait le coup d’envoi d’une série de changements positifs pour notre pays. Mais là, en voyant le FLN en première place, suivi du RND, je me rends compte que le changement n’est pas pour demain », se désole une électrice. Car pour Oran, les résultats donnent, comme d’habitude le FLN majoritaire (15 sièges), suivi du RND (2 sièges) et enfin l’alliance islamiste MSP (1 siège). Une élection, de surcroît entachée d’irrégularités dans plusieurs communes. «La même rengaine qu’on nous remet à chaque fois en somme, on nous baratine avec les élections et à la fin, comme toujours, c’est le FLN qui gagne. Pauvre de nous», résume boycotteur d’Oran.       

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire