mardi 11 avril 2017

«Vous n’avez pas le droit d’imposer votre choix aux Algériens»

Intervenant devant les représentants de la société civile de Djelfa où il était, hier, en visite de travail, le premier responsable du gouvernement a fait allusion aux partisans du boycott de la prochaine échéance électorale. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, appelle les électeurs à voter massivement à l’occasion des législatives du 4 mai prochain. «Le vote est un droit et un devoir en même temps. Celui qui veut l’abandonner a le choix, mais il ne doit pas nous l’imposer en incitant les Algériens à s’inscrire dans le désespoir et le doute», lance-t-il. Intervenant devant les représentants de société civile de Djelfa où il était, hier, en visite de travail, le premier responsable du gouvernement a fait allusion aux partisans du boycott de la prochaine échéance électorale. Il a laissé entendre qu’ils (les boycotteurs ndlr) n’auront pas le droit, comme l’avait décrété le ministre de la Communication avant lui, à la parole dans les médias et dans les espaces. Abdelmalek Sellal est allé encore plus loin en estimant que «ceux qui sèment les mensonges, les rumeurs et les doutes ne sont pas des nationalistes». «L’ennemi de l’Algérie n’est pas la baisse des cours du pétrole. C’est plutôt le désespoir. L’avenir de l’Algérie est radieux et cela grâce à ses valeureux enfants», ajoute-t-il. Selon lui, «les prochaines législatives est une étape importante pour l’édification des institutions après les amendements de qualité introduits dans la nouvelle Constitution». «C’est une étape qui permet au peuple algérien de choisir ses représentants en vue de concrétiser sa volonté. Le 4 mai prochain, nous devons donner à partir de Djelfa et de toutes les régions du pays un message d’amour et d’espoir à tout le peuple algérien, en général, et au moudjahid Abdelaziz Bouteflika, en particulier. Un message qui réaffirmera l’attachement à l’unité nationale, à la paix et la sécurité ainsi qu’au programme du Président et sa ligne authentique», a-t-il ajouté. Maîtriser le marché pour réduire le taux d’inflation Revenant sur la situation économique du pays, le premier ministre a affirmé qu’il est «nécessaire de faire preuve de vigilance pour mieux gérer les ressources financières du pays». «Mais, nous ne pouvons pas imaginer un développement national sans une économie productive et porteuse d’une valeur ajoutée», dit-il, en rappelant la décision de transformer localement, y compris les produits pétroliers avant l’exportation. Le Premier ministre a insisté, dans ce sens, sur la diversification de l’économie nationale en encourageant l’initiative publique et privée. Dans la foulée, Abdelmalek Sellal a évoqué la hausse des prix des produits de large consommation en qualifiant cette situation «d’anormale». «Nous n’acceptons pas cette instabilité de certains produits agricoles. Nous luttons contre ce phénomène et contre la spéculation», a-t-il indiqué. Selon lui, les spéculateurs sont, en partie, à l’origine de la hausse du taux d’inflation. «Nous devons maîtriser le marché et réduire le taux d’inflation. Les marchés de gros mettent un frein à l’inflation et assurent la disponibilité des fruits et légumes tout au long de l’année», a-t-il estimé, en procédant à la visite d’un projet de réalisation d’un marché de gros à Aïn Oussera. Par ailleurs, il a appelé également à la nécessaire augmentation de la production nationale de lait, en rappelant les grands projets lancés à Djelfa, Aïn Defla et Constantine pour la production de lait cru et de la poudre de lait. «Ces projets permettront de réduire la facture d’importation en poudre de lait à partir de 2019»,     a-t-il souligné

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire