mardi 18 avril 2017

Russie : Le visa simplifié pour Vladivostok vise à booster l'économie dans l'Extrême-Orient russe

La procédure de simplification du visa d'entrée   en Russie à partir de Vladivostok (9.000 km de Moscou) vise à booster   l'économie et le tourisme dans la région de l'Extrême-Orient, indique le   gouvernement russe, sans préciser si le visiteur pourra se déplacer ensuite   dans d'autres villes du pays. Cette mesure approuvée par le Premier ministre Dmitry Medvedev stipule que   les citoyens de 18 pays dont l'Algérie "bénéficieront de procédures   simplifiées lors de l'obtention de visas (ndlr, visa électronique) jusqu'à   30 jours avec une période de séjour en Fédération de Russie n'excédant pas   huit jours".  Le document publié sur le site du gouvernement russe ne précise pas si le   détenteur du visa électronique, pourra visiter, durant son séjour, d'autres   villes russes. Contacté par l'APS, mardi 18 avril, pour avoir plus de   précisions, les services du gouvernement russe et du ministère des Affaires   étrangères n'ont pas, jusque là, répondu aux sollicitations.  Cependant, l'agence de presse Sputnik indique que les étrangers ne   pourront se déplacer que dans la région de leur arrivée en Extrême-Orient   russe, à savoir "les territoires du Primorié et de Khabarovsk, dans la   région de Sakhaline, dans le district de Tchoukotka et au Kamtchatka".  "Le visa sera valide pendant un délai de 30 jours à partir du moment où il   sera délivré avec une durée maximale de séjour de huit jours. Le visa   humanitaire, touristique ou d'affaires sera délivré pour une seule entrée   et les étrangers pourront se déplacer uniquement dans la région de leur   arrivée", écrit Sputnik.   En vertu de ce document, ajoute le média russe, il suffira à un touriste   de remplir un formulaire sur un site spécial mis en place par le ministère   des Affaires étrangères. En cas de réponse positive, il pourra obtenir son   visa directement à la frontière sans frais de dossier.    Les 17 autres pays concernés par cette mesure outre l'Algérie sont : le   Bahreïn, Brunei, Inde, Iran, Qatar, Chine, Corée du Nord, Koweït, Maroc,   Mexique, Emirats arabes, Oman, Arabie Saoudite, Singapore, Tunisie, Turquie   et Japon.  Selon le ministre du Développement de l'Extrême-Orient, Alexandre   Galouchka, cette mesure devra aider à attirer plus d'investisseurs et de   touristes dans l'Extrême-Orient russe. Elle permettra aussi de proposer des   avantages fiscaux aux entreprises souhaitant s'installer dans cette région.  Au cours de ces dernières années, les autorités russes ont multiplié les   efforts pour développer l'Extrême-Orient russe. A titre d'exemple, en mai   2016, le président Vladimir Poutine avait signé une loi en vertu de   laquelle chaque citoyen russe pourra se voir attribuer gratuitement en   Extrême-Orient un terrain d'une superficie allant jusqu'à un hectare.   L'exploitation du terrain pendant cinq ans permettra d'obtenir un droit de   propriété ou de bail gratuit à long terme.  La ville de Vladivostok, qui joue le rôle de leader de la région   Extrême-Orient, a bénéficié du statut de port franc pour les 70 années à   venir, selon une loi adoptée par la Douma d'Etat en juillet 2015. Les   investisseurs qui y travaillent bénéficient d'importants avantages fiscaux.  Vladivostok, qui recense près d'un million d'habitants, est la capitale   administrative du kraï de Primorié, à l'extrême est de la Russie. La ville   est la dernière escale russe du Transsibérien. Une distance de 9.000 km   environ, neuf heures d'avion et sept fuseaux horaires séparent Vladivostok   de la capitale Moscou.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire