samedi 15 avril 2017

Près de 3600 personnes radiées de la liste des bénéficiaires

Quelque 3573 personnes figurant dans les listes des bénéficiaires de l'allocation sociale destinée aux franges vulnérables de la société ont été radiées. C'est ce qu'a déclaré la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mounia Meslem, lors d'une plénière du Conseil de la nation. Ce chiffre, issu d'une grande opération d'assainissement s'étalant sur les années 2014 et 2015, a permis non pas d'alléger ces listes et de facto les charges de l'Etat, mais plutôt de remplacer ces personnes par d'autres plus méritantes. La ministre a expliqué que ces opérations d'actualisation sont faites régulièrement. Dans sa série de réponses aux questions des membres du Conseil de la nation, Mme Meslem a fait savoir que le décret exécutif relatif aux crèches et garderies d'enfants était en cours d'amendement afin d'assouplir les exigences quant à la création de ces espaces. Selon la ministre, il est aujourd'hui obligatoire de revoir ce texte afin de répondre à la demande de la société, notamment des femmes travailleuses, pour ces espaces. Le réseau national des centres d’accueil de la petite enfance, qui compte aujourd'hui 1755 établissements, sera de facto étendu. Il en est de même pour le nombre d'enfants accueillis qui dépassera sans surprise le chiffre actuel estimé à 122 182. Toutefois, concernant le sujet du respect des normes dans la prise en charge des enfants, la ministre  s'en lave les mains. Elle explique que le rôle de son département se limite à l'accueil et l'examen des dossiers relatifs aux demandes de création d'établissements et de centres pour la petite enfance au niveau des commissions ad hoc de wilayas. Elle met presque la totalité de cette lourde mission sur le dos du ministère du Commerce. Selon ses propos, il s'agit des prérogatives des agents de la répression des fraudes de veiller au respect des normes notamment en relation avec la qualité des repas destinés aux enfants, aux conditions de salubrité et d'hygiène, à la conservation des produits alimentaires, aux dossiers des enfants et des personnels, au respect de la capacité d'accueil et de l'âge fixés par l'agrément. Elle revient toutefois sur l'obligation «tenue» par son département et celui du Commerce concernant les inspections régulières de ces établissements en application à une instruction commune des deux ministères, datant d'avril 2013, pour veiller au respect du cahier des charges. Dans le volet de la prise en charge des jeunes sans qualification dans le cadre du Dispositif d'aide à l'insertion sociale (DAIS) lancé sous l'égide de l'Agence du développement social, elle annonce que ce dossier a été exposé au Premier ministre ainsi qu'à une commission mixte, composée des ministères de la Solidarité nationale, des Finances et du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale afin de trouver les meilleures solutions à ces jeunes ayant bénéficié de ces contrats. Selon la ministre, le nombre de ces jeunes sans qualification est en continuelle augmentation.       

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire