samedi 15 avril 2017

On vous le dit

4500 cartouches de fusil de chasse saisies à Tébessa  Près de 4500 cartouches de fusil de chasse de calibre 16 millimètres en provenance de Tunisie ont été saisies avant-hier par les éléments de la brigade polyvalente de lutte contre la contrebande de la commune de Bir El Ater, à 89 km de Tébessa, apprend-on d’un communiqué de la cellule de communication de la direction régionale des Douanes à Tébessa. Ces munitions ont été saisies lors d’un guet-apens tendu tout près de la frontière algéro-tunisienne, alors qu’elles étaient introduites sur le sol algérien à dos de baudets. Un mis en cause, la trentaine, a été interpellé par les mêmes services et l’enquête ouverte suit toujours son cours. Leishmaniose cutanée : 10 millions de personnes sont menacées     Un débat sur la leishmaniose cutanée a été organisé hier à M’sila. «Il s’agit d’une maladie qui menace aujourd’hui 10 millions de personnes en Algérie, soit 25% de la population. Maladie n’ayant pas de vaccin, le traitement utilisé jusqu’à présent a perdu de son efficacité», a déclaré Zoubir Harrat, directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), lors de son intervention inaugurale de cette journée de sensibilisation, qui a ciblé les wilayas limitrophes : Sétif, Bordj Bou Arréridj, Bouira, Médéa, Djelfa, Biskra, Batna et M’sila. Et M. Harrat de souligner : «L’Algérie est classée parmi les six pays au monde qui sont frappés de plein fouet par cette maladie.» Le plus grave, c’est que cette maladie touche les populations les plus déshéritées, aussi bien à travers le monde qu’en Algérie. Pour l’Algérie, les 80% de la population touchée par cette maladie se trouvent au niveau du bassin du Hodna, qui regroupe les wilayas de Biskra, Batna et M’sila. A propos du médicament, le glucantime, utilisé jusqu’à cette date dans le traitement du clou de Biskra, il est devenu moins efficace. Dans ce sillage, il a été constaté que des personnes qui ont été traitées au glucantime, se croyant guéries, ont vu leurs lésions ressusciter et sont présentement hospitalisées au niveau de l’Etablissement Zahraoui de M’sila pour les mêmes lésions qui ont été traitées avant. Autistes : vous ne serez plus seuls  Pour les associations Pour le sourire d’un enfant et Medsa, en collaboration avec l’Association nationale de l’autisme, finis les discours cloîtrés entre quatre murs. Les associations en question viennent juste de lancer un projet pour toucher le large public et le sensibiliser sur les troubles de l’autisme. Le but est d’atteindre le maximum de personnes pendant une année. Tout commencera mardi et mercredi prochains à Alger lors de la session de formation au profit de 100 étudiants en médecine, tous cycles confondus. Seront présents à cette session des professeurs de médecine et des experts en autisme. Ceux qui bénéficieront de cette formation et qui seront ensuite chargés de cette campagne ont été préalablement sélectionnés sur la base de tests psychologique et pédagogiques. Dans une deuxième étape, les associations passeront à la sensibilisation dans la rue. Le slogan de la campagne étant «Comprendre et agir», les associations doivent impérativement, affirme Imène Kasmi, une des adhérentes de l’association, expliquer les détails au public. Au Jardin d’Essai, sur la Promenade des Sablettes, au parc Dounia et ailleurs, des groupes d’étudiants en médecine sillonneront les espaces pour parler et expliquer au large public avec des dépliants, flyers et affiches, leur indiquant comment ils doivent se comporter avec les autistes. Des tournées dans les hôpitaux, les écoles et en direction de la petite enfance sont aussi prévues. L’astuce est de mettre également à la disposition des enfants atteints de ce trouble des chevaux, étant donné que les autistes se sentent à l’aise avec cet animal. Toujours selon l’adhérente Imène, des sorties en plein air sont au programme. Contactez l’association Medsa, sur la sa page Facebook, Medsa El Jazaïr   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire