lundi 10 avril 2017

Les promesses «sociales» d’Ouyahia

Je suis en congé moi aussi», a tenu à préciser le chef de cabinet du président de la République et secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), le parti au pouvoir avec son alter ego le FLN. Une assertion difficile à admettre au vu de l’important dispositif sécuritaire mis en branle, digne d’un ministre. «J’ai tenu à commencer la campagne par une wilaya de moudjahidine, celle du regretté président Chadli Bendjedid», a-t-il lancé d’emblée devant une salle archicomble, celle du complexe omnisports de Bouteldja où quelque 2000 sympathisants étaient présents. Rien de particulièrement saillant dans le premier discours officiel de secrétaire général du RND qui s’est défendu de faire dans la démagogie et le populisme. Ahmed Ouyahia s’est contenté de reprendre les grands axes du programme de sa formation politique, comme œuvrer à la stabilité, la sécurité et l’unité du pays, garantes de sa souveraineté, ainsi que la poursuite du développement. «Sans elles, c’est la guerre civile qui nous guette.» Rien à propos des événements récents en Syrie sinon que «c’est la réconciliation nationale du président Bouteflika qui a fait que nos enfants n’ont pas rejoint les rangs de Daech», dira-t-il. Pour Ahmed Ouyahia, geler systématiquement des projets dans les communes n’est pas la réponse judicieuse à la crise, il faut établir des priorités pour l’éducation, la santé, comme il faut en finir avec le subventionnement des prix. Pour les plus démunis, le secrétaire général propose de revenir à la bourse scolaire pour les enfants scolarisés et de fixer le seuil d’accès au logement social à 70 000 DA au lieu des 24 000 DA et les célibataires doivent bénéficier d’un quota à part. «Quand un jeune demande la main d’une fille, on lui exige le logement et pour avoir ce dernier il doit être marié, c’est l’histoire de l’œuf et de la poule», souligne-t-il. Toujours à propos de logement, le secrétaire général du RND propose l’aide de l’Etat aux citoyens qui loue un logement. «La loi le permet», a-t-il encore précisé. A Guelma, une frange non négligeable de militants et de sympathisants du RND n’a pas attendu la fin du meeting animé hier, dans l’après-midi, à la salle omnisports de l’OPOW Souidani Boudjemaa de Guelma. Après trois quarts d’heure de discours, les présents étaient visiblement dépités. «Nous sommes déçus ! Le discours d’Ahmed Ouyahia ne nous a pas convaincus.» En effet, c’est un sentiment de déjà entendu. Entre le rétablissement de la peine de mort pour les crimes de kidnapping d’enfants et la réhabilitation de la formule du F1 en faveur des jeunes célibataires, Ahmed Ouyahia n’a franchement pas séduit. Passant en revue les bienfaits des quatre mandats du président Bouteflika, il s’est attardé sur l’investissement des jeunes promoteurs «mal accompagnés !» Il faut ajouter à cela que son poulain, Hacen Bounefla, la soixantaine bien sonnée, sans bagage ni étude, brigue pour la quatrième fois consécutive un siège à l’APN.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire