mercredi 12 avril 2017

L’école de formation de commandos de Boghar s’ouvre aux médias

L’Ecole de formation de commandos et d’initiation au parachutisme Mbarek Derbal de Boghar, sud de Médéa, a ouvert, mercredi, ses portes à la presse nationale à l'occasion d’une visite guidée. "Initiée dans le cadre du plan de communication de l’ANP, cette visite vise à maintenir et à renforcer la relation entre la presse et l’Armée nationale populaire et d’informer le public sur le niveau de compétence de formation des structures l’ANP", a indiqué le responsable de la cellule de communication de l'état-major des forces terrestres de l'ANP, le colonel Abderahmane Mekhloufi. L'ouverture aux médias des portes de ce mythique centre d'instruction qui assure, depuis le début des années 1990, la formation des troupes d'élite de l'ANP, est une opportunité pour mettre en lumière ces troupes de choc engagé sur différents fronts de la lutte antiterroriste. La visite guidée organisée est l’occasion d’informer l'opinion, par le biais des médias, sur le degré de professionnalisme atteint par les forces terrestres, notamment en matière de lutte anti-terroriste, ainsi que sur le niveau de maîtrise des techniques modernes de combat, a-souligné le même officier. L’école de formation de commandos et d’initiation au parachutisme a acquis, depuis qu’elle n’était qu’un simple centre d’instruction de commandos, une grande réputation dans le domaine de la formation militaire, au point ou beaucoup de corps de l’armée et des services de sécurité la sollicite pour former ces unités spécialisées. En sus des unités opérationnelles de l’armée nationale populaire de la garde républicaine, l’école de Boghar assure une formation de pointe et des stages de recyclage en matière de lutte antiterroriste au profit de la gendarmerie nationale, la direction générale de la sûreté nationale (Dgsn), aux officiers de l’académie militaire de Cherchell. L’école accueille également des officiers stagiaires, issus de pays voisins et frères, tels que le Mali, le Niger, la Tunisie et la Palestine, qui viennent se former sur place aux différentes techniques et méthodes tactiques de lutte anti-terroriste et d’opérations commandos. Cette maîtrise des techniques de combat dans le domaine de la lutte anti-terroriste a, d'ailleurs, été constatée de visu par les représentants de la presse nationale, lors d’exercices tactiques et de combats, dont certains ont été effectués à balles réelles par de jeunes commandos stagiaires. Ces exercices, qui ont impressionné l'assistance, ont été exécutés par des commandos stagiaires en formation depuis quelques mois seulement, qui ont fait preuve, tout le long du déroulement de ces exercices, d’une parfaite maîtrise des techniques d'"assaut", de "contre-embuscade" et de combats "corps à corps. Avant de se voir attribuer le titre de Maghawirs (commandos) les nouvelles recrues, triées sur le volet, suivent un entrainement intensif et très dur, qui s’étale sur plusieurs semaines. Des instructeurs, d’anciens commandos d’élite pour la plus part, assurent la formation des futurs Maghawirs. Outre l’instruction militaire classique de maniement des armes, de tirs de précision et au jugé, les nouvelles recrues reçoivent une formation très poussée dans les techniques de lutte antiguérilla et de contre embuscade, avec des exercices de simulation, parfois, à balles réelles, en vue de mettre les stagiaires dans des situations de combat proche du réel. APS 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire