jeudi 13 avril 2017

Le trafic internet sera interrompu demain

Le trafic internet sur le câble sous-marin de Annaba, qui a subi le 6 mars dernier des dommages suite à des intempéries, sera interrompu demain entre 1h et 18h, afin de procéder à son transfert vers de nouveaux branchements, selon l’APS, citant un communiqué du ministère de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication (MPTIC). «Suite aux déterrage du câble sous-marin SEA-ME-WE 4 et des dommages subis au niveau de sa chambre d’atterrissement, causés par les intempéries enregistrées sur les côtes de Annaba, Algérie Télécom a initié plusieurs actions visant la sécurisation et la protection de ces installations, notamment l'aménagement d’une nouvelle chambre d’atterrissement sécurisée et assurant la protection optimale du câble, en remplacement de l'infrastructure située actuellement à proximité de la plage, l’exposant dangereusement, de ce fait, aux risques liés aux changements des conditions météorologiques ainsi qu’à tous les aléas», a noté la même source. Ainsi, le transfert du câble vers cette nouvelle enceinte s’effectuera jusqu’au 27 avril par l'intervention d’un bateau câblier, appartenant à la société Elettra, autorisé à entrer dans les eaux nationales pour la durée des travaux. Dans ce cadre, une interruption du trafic internet sur ce câble aura lieu demain entre 1h et 18h, correspondant au temps nécessaire pour le transférer vers les nouveaux branchements. Algérie Télécom a pris des mesures pour assurer la continuité de ce service pour les entreprises et les administrations à travers l’optimisation et la canalisation du trafic y afférent sur le câble Alpal, reliant Alger à Palma, et le câble terrestre reliant Annaba à Bizerte en Tunisie. Le nombre total d’abonnés souscrits à l’internet fixe et mobile a atteint 29,539 millions d’abonnés à fin décembre 2016, contre 18,947 millions d’abonnés en 2015, soit une augmentation de 10,592 millions d’abonnés, selon le bilan des activités de l’ARPT au 31 décembre 2016. L'internet est surtout le premier moyen de divertissement dans un pays en manque de loisirs. «L’utilisation de YouTube et de Facebook consomme à elle seule 51% de la capacité de connexion», selon les spécialistes du web. Plus qu’un simple outil de partage d’informations, internet s’impose au fur et à mesure du perfectionnement de nos systèmes de transmission non plus comme un espace parallèle, mais comme une entité fusionnant avec notre environnement naturel. Une croissance portée par le développement des médias sociaux, les contenus riches des applications et des vidéos accessibles grâce à une nouvelle gamme de smartphones moins chers. L'impact de cette coupure est toutefois limité par la faible numérisation de l'économie : il n'y a pas d'e-commerce ni de transfert d'argent en ligne.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire