mardi 11 avril 2017

Le discours populiste de Amar Ghoul à Sour El Ghozlane

Animant un meeting populaire dans la ville de Sour El Ghozlane, au sud de Bouira, Amar Ghoul, président du Tajamou Amel El Djazaïr (TAJ), a opté pour un discours purement populiste. S’adressant à ses militants dans le cadre de la campagne électorale des législatives du 4 mai prochain, Amar Ghoul a appelé les électeurs à aller voter en force le jour du scrutin. Pour donner une légitimité à son discours qualifié par certains d’irréaliste, l’animateur du meeting informe ses sympathisants que «Sour El Ghozlane sera élevée et promue au rang de wilaya». «Aujourd’hui, nous sommes là pour vous informer que votre daïra sera promue prochainement wilaya de la République, et ce, comme il a été décidé par le président de la République», a-t-il déclaré. Une annonce qui a suscité des interrogations et a été qualifiée de chantage par les nombreux présents à ce rassemblement. Détaillant son programme électoral, le président de Taj a précisé que son parti a «élaboré un projet visant la relance de l’économie du pays». «Nous possédons des richesses. Bouira recèle un potentiel agricole important», a-t-il affirmé en invitant ses militants et les sympathisants de son parti à œuvrer pour le développement local. Il faut dire, que le choix de cette ville par le président de Taj n’est pas fortuit. C’est dans cette ville que le président de TAJ et du secrétaire général du MPA, Amara Benyounès, avaient été presque chassés à l’occasion de leur meeting organisé dans le cadre de l’élection présidentielle du 17 avril 2014 en faveur du président Abdelaziz Bouteflika. Amar Ghoul a-t-il voulu effacer le «mauvais épisode» survenu en 2014, en mobilisant ses troupes à l’occasion de ces élections dans la région ? Pour rappel, les deux hommes politiques avaient trouvé du mal à achever leurs discours. Amar Ghoul qui a développé, hier, un discours «vide et incohérent» n’a pas dérogé à la règle en vantant les réalisations faites par le président de la République, appelant ainsi les présents à préserver ces «acquis et la stabilité du pays». Pour lui, la sécurité et la stabilité du pays sont une ligne rouge.   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire