dimanche 16 avril 2017

La percée d’internet en Algérie

Une étude récente sur internet et les réseaux sociaux démontre que les TIC sont devenus un véritable phénomène de société. Les technologies de l’information ont ainsi pris de plus en plus de place dans la vie quotidienne des Algériens.   Plus de 13 millions d’Algériens âgés de 15 ans et plus surfent chaque jour sur internet — soit 46% de cette frange de la population — et environ 10,82 millions d’Algériens de cette catégorie d’âge fréquentent quotidiennement les réseaux sociaux, soit 38% de la population, selon une enquête sur «Internet et les réseaux sociaux en Algérie», réalisée en février 2017 par la société spécialisée Immar Research & Consultancy. Une étude qui met en évidence plusieurs indicateurs et la profonde mutation de la société algérienne concernant son rapport avec les TIC en général. L’étude démontre que les TIC sont devenus un véritable phénomène de société et il n’y a aucun doute sur le fait que la tendance va encore s’accélérer, les technologies de l’information ayant pris de plus en plus de place dans notre vie quotidienne. Au niveau régional, cette pratique est assez homogène : une prééminence de la région Est (49%), suivie du Centre (46%) et des régions Ouest et Sud (44% chacune). IMMAR qualifie internet de «média des jeunes» tant le critère d’âge est déterminant des comportements vis-à-vis de ce média, notant que 77% des 15-24 ans, 55% des 25-34 ans, 32% des 35-44 ans, 21% des 45-54 ans et 17% des 55 ans et plus surfent chaque jour sur internet. Facebook est le réseau social le plus fréquenté avec plus de 9,7 millions d’Algériens de 15 ans et plus qui visitent quotidiennement ce site. Ils sont plus de 3,7 millions âgés de 15 ans et plus à aller chaque jour sur YouTube, plus de 500 000 sur Google et Instagram (réseau social des photos/vidéos) et plus de 300 000 sur le site algérien Ouedkniss, spécialisé dans la vente sur internet. La fréquentation des sites de divertissement (jeux, musique, radio, films, vidéos, télévision, YouTube...) représente 21% des utilisateurs d’internet, alors que ceux qui communiquent par vidéoconférence comme Skype, Viber et WhatsApp représentent 11%. Ainsi, les trois composantes de la société (individus, organisations et Etat) sont impactées par ces évolutions : l’Algérien devient citoyen du monde et s’affranchit avec facilité des frontières géographiques où il se trouve, l’organisation devient une «entreprise-réseau», son marché et ses concurrents sont situés partout dans le monde et l’Etat est obligé de promouvoir la société de l’information pour ne pas rester en marge du développement. C’est la condition sine qua non du développement économique et social. Les technologies ne sont plus de simples outils, mais de véritables facteurs économiques et sociaux indispensables. L’Algérie, un marché à fort potentiel d’acquéreurs de smartphones Un chiffre à retenir : 77% des internautes se connectent via les smartphones. Le téléphone est devenu un compagnon, on ne peut plus s’en séparer. La continuité de croissance du marché de la téléphonie sera constante ; l’Algérie reste un marché à fort potentiel d’acquéreurs de smartphones, d’où l’intérêt des nombreuses marques nationales ou internationales qui jouent en Algérie la carte de l’innovation pour favoriser les achats de renouvellement. Une innovation qui concerne désormais davantage les usages que la technologie. Au début des années 2000, il y avait des téléphones mobiles et peu d’internet. Actuellement, la majorité a un téléphone mobile connecté à internet. 82% des internautes se connectent depuis leur maison, 16% de leur lieu de travail, 2% au Wifi public gratuit, 2% des cybercafés et 14% à partir d’autres endroits (voisins, parents, amis). Il est à signaler le déclin de l’activité cybercafé. Pour ne pas disparaître, ce dernier propose d’autres services : l’assistance technique en cas de problème, la numérisation de documents, l’impression, l’utilisation de certains logiciels professionnels non disponibles sur les PC à domicile et la conversion de fichiers et documents. Pour accéder au Web, 49% des internautes utilisent l’ADSL (haut débit filaire), 41% la 3G mobile, 11% la 4G LTE, 4% la 4G mobile et 2% la 2G. IMMAR note que plus de 13,3 millions d’Algériens de 15 ans et plus possèdent un smartphone, soit 47% de la population de cette catégorie d’âge (50% de femmes et 44% d’hommes). Il précise que les plus jeunes sont, de loin, les mieux équipés, ajoutant que 69% des 15-24 ans et 60% des 25-34 ans ont déclaré posséder un smartphone, alors qu’ils ne sont que 38% des 35-44 ans, 26% des 45-54 ans et seulement 16% des 55 ans et plus. Le smartphone connaît une pénétration de 50% chez les populations urbaines âgées de 15 ans et plus et seulement 33% chez les ruraux de la même classe d’âge. 9% des internautes effectuent, quant à eux, des recherches pour des besoins professionnels, 7% lisent la presse quotidienne en ligne, 4% consultent leurs messageries et envoient des e-mails, 4% téléchargent des films, musiques et jeux, 2% suivent et téléchargent des cours en ligne et 2% des logiciels. L’accès à internet grâce à la 3G et 4G, l’explosion du marché des smartphones, le prix de la connexion à la portée de tous ou presque ont propulsé les Algériens, comme tout autre peuple connecté, dans un monde accessible par un simple clic.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire