mercredi 19 avril 2017

«Il faut choisir des programmes et non des partis»

Notre programme est un défi pour le pouvoir, car il comprend de nombreuses solutions à la crise que traverse notre pays», a déclaré, d’emblée, Abderrazak Makri, président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), lors d’un meeting animé, hier, à la salle de la maison de  la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, dans le cadre de la campagne électorale pour les prochaines législatives. Le leader du MSP a estimé aussi que le programme de son parti permettra de «maintenir la stabilité et booster un développement économique harmonieux en Algérie». Il a, d’ailleurs, abordé différents aspects de son programme électoral. Evoquant la question amazighe, l’orateur a estimé également que la promotion de langue est inéluctable dans la mesure où, a-t-il ajouté, elle est constitutionalisée. «La langue amazighe a un lien historique avec l’arabe. Elle doit être sérieusement prise en charge par l’Etat à travers des travaux scientifiques et académiques afin de l’extraire des luttes idéologiques et de l’usage politique», a-t-il laissé entendre. Et de souligner «la nécessité de préserver l’unité nationale du pays». Par ailleurs, M. Makri a rappelé «l’importance» des prochaines élections législatives qui consistent, a-t-il insisté, en un rendez-vous pour «choisir des programmes et non des partis politiques». Il a, à cet effet, exhorté l’assistance à «se diriger massivement vers les bureaux de vote» le 4 mai 2017 afin, a-t-il insisté, «de sortir de la crise et opérer le changement en Algérie».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire