mardi 11 avril 2017

Election législatives : l’Etat et les candidats moqués sur les réseaux sociaux

La campagne pour les élections législatives bat son plein. Malgré le matraquage médiatique qu’ils subissent depuis des mois déjà, de nombreux Algériens demeurent sceptiques quant à l’utilité de ce scrutin. Sur les réseaux sociaux, les candidats en lice pour des sièges au Parlement sont souvent tournés en dérision. Les hashtags #الحمله_الانتخابيه (campagne électorale)   #سمع_صوتك  (Fais entendre ta voix) utilisés au départ par les  autorités, les partis politiques et des médias afin d’inciter les Algériens à aller voter le 4 mai prochain, ont été détournés par des twittos et des facebookeurs pour crier leur ras-le-bol et afficher  le peu de crédit qu’ils accordent aux promesses faites par les candidats. Sur Twitter, Mohamed Taher s’étonne : en Algérie, un Bac plus 5 vote pour un candidat ayant le niveau Bac -5 ! Tiaret News écrit : des animaux habitent des châteaux et du humains vivent sur les trottoirs.   Parlant de la fraude, la page Bechar News ( Facebook) explique que dans les pays démocratique, le choix lors des élections revient au peuple, à Bechar c’est le wali qui décide comme si le peuple n’est pas apte à choisir.   Sous le hashtag « Fais entendre ta voix », Walid publie la photo d’un panneau d’affichage des listes des candidats sur lequel est écrit : la patrie pour les riches, le patriotisme pour les pauvres. Pour El Hadj Morouane la ampagne életorale n’est qu’une occasion et un moyen pour... « bouffer ». De nombreux internautes ont préféré partager la photo de Makhlouf Elbombardi, personnage du fameux film « carnaval fi dechra » interprété par l’acteur Athman Ariouet. Elbombardi promet de « transformer le pays en paradis ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire