vendredi 28 avril 2017

«70% du marché de l’alcool en Algérie sont informels», selon Benyounès

«70% des transactions dans le domaine de la vente de boissons alcoolisées sont effectuées dans le marché noir.» C’est l’estimation donnée, hier à Annaba, par Amara Benyounès,  secrétaire général du MPA, lors d’un meeting populaire organisé au palais de la culture Mohamed Boudiaf. Devant une assistance nombreuse, composée de militants et autres sympathisants de son parti, Benyounès est revenu encore une fois sur le même sujet, mais avec des chiffres. «On m’accuse d’être derrière la libéralisation de la vente des boissons alcoolisées, lorsque j’étais ministre du Commerce il y a deux années, alors qu’à mon arrivée à ce département, j’ai constaté qu’il y avait plus 900 000 autorisations d’exploitation de débits de boissons alcoolisées qui ont été accordées par mon prédécesseur. Sachant qu’il existe, je voulais juste organiser ce secteur pour éviter le commerce informel de ce produit et les pertes qu’il génère au Trésor public. Pour preuve, je n’ai signé aucune autorisation d’importation de ce produit durant tout mon exercice.» Evoquant le domaine de la culture en Algérie, l’intervenant a promis, une fois les candidats de sa formation politique élus, de «défendre l’augmentation de son budget pour une ouverture culturelle sur le monde», regrettant «la fermeture des salles de cinémanet autres espaces de loisirs dans plusieurs wilayas du pays».  Avant de quitter la scène, l’ancien ministre a plaidé pour une école algérienne moderne, ouverte sur les sciences et les cultures du monde entier.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire