mercredi 15 février 2017

La hausse du prix de l’eau touchera les gros consommateurs

Un décret permettant au ministère des Ressources en eau et aux opérateurs concessionnaires de la gestion et de la distribution de la ressource sera promulgué pour définir les mécanismes de la mise en place de la nouvelle tarification de l’eau, a annoncé, hier, Abdelkader Ouali, ministre des Ressources en eau et de l’Environnement, en marge d’une visite de travail dans la wilaya de Tindouf. Le texte attendu pour «demain (aujourd’hui, ndlr)», permettra de «définir les mécanismes des modalités de l’application de l’augmentation des tarifs de l’eau», annoncée il y a peu de temps, en dehors des dispositions de la loi de finances, souligne par ailleurs le ministre, non sans exprimer sa colère face à la presse qui le «harcèle» sur cette question «qui n’est pourtant pas à l’ordre du jour de la visite», a-t-il ajouté avant de rassurer que l’augmentation des prix, actuellement au stade de réflexion, ne touchera que les consommateurs de cette ressource pour un usage professionnel. Pour M. Ouali,  cette augmentation est dictée par un impératif «purement commercial» engageant l’avenir des entreprises du secteur «et non pas dans le cadre des grands équilibres budgétaires»,  souligne le ministre. La hausse des prix ne touchera donc pas les ménages dont la consommation trimestrielle ne dépasse pas les 50 m3, insiste le ministre qui avance que «18 millions d’Algériens appartiennent à la catégorie des ménages dont la consommation est inférieure à ce seuil (50 m3) et ne seront pas donc touchés par la hausse des prix». M. Ouali rappelle le «souci d’équité et de justice» motivant cette hausse, soutenant par la même occasion qu’il est «inconcevable de continuer à soumettre un industriel, ou propriétaire foncier, ou exploitant agricole, ou propriétaire de hammam et un ménage à consommation réduite à la même tarification». Sur le plan local, le ministre estime que les forages et les autres structures de stockage détenus au niveau de la wilaya de Tindouf permettront d’atteindre l’objectif de production de 21 000 m3/jour avant la fin de l’année en cours. Les besoins sont estimés dans cette wilaya à 15 500 m3/j, alors que la capacité de production est de 12 000 m3/j, précise le ministre dont le département compte couvrir, dans le cadre des objectifs de 2017, les besoins en eau de la zone minière de Ghara Djebilet. Le département de M. Ouali est interpellé sur la déminéralisation de l’eau au niveau de la région, mais aussi sur «la réhabilitation des ouvrages, leur maintenance et la lutte contre les fuites et le gaspillage de cette ressource», insiste le ministre. Dans la commune d’Oum El Assel, un des points de sa visite, M. Ouali  a relevé l’importance des zones frontalières dans le programme de développement. Un clin d’œil aux habitants de la région qui pourraient constituer un réservoir électoral pour son parti.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire