vendredi 29 janvier 2016

Que sont-ils devenus ?

- Mohamed, Djihad et Hacina Zegzeg Hacina et Mohamed ont participé à la sensibilisation des habitants sur les dangers liés à l’exploitation du gaz de schiste. Convaincus que l’amélioration du cadre de vie doit venir des habitants eux-mêmes, la famille se lance dans le développement d’initiatives de création de jardins potagers et de plantation d’arbres. Djihad, 15 ans, tente de sensibiliser ses camarades du lycée. - Saïd Tikoubawine Le chanteur du groupe Tikoubawine, enfant d’In Salah, était souvent en déplacement dans le pays. Pendant la contestation, le groupe a composé deux chansons pour dénoncer l’exploitation du gaz de schiste. La mobilisation lui a permis de créer des liens plus forts avec sa région. - Djamel Addoun Retraité de l’éducation, Djamel, 50 ans, a participé à la médiatisation des manifestations grâce à ses photographies et ses vidéos : «Au début, c’était pour permettre aux femmes qui ne sortaient pas de savoir ce qui se passait.» Aujourd’hui, Djamel, membre d’une association d’habitants, rencontre régulièrement les autorités pour faire avancer les projets de développement. - Lahcen Nakhou Gérant d’une boutique de matériel informatique, Lahcen, 28 ans, a perdu son frère Ahmed pendant les affrontements. D’une grande famille de la ville, il a perdu toute confiance en les autorités. «Comment le ministre de la Santé peut-il faire la promesse de construire un nouvel hôpital et ne rien faire ? Que voulez-vous que j’attende d’eux?»

Aucun commentaire:

Publier un commentaire