mardi 29 décembre 2015

Le message de la famille Aït Ahmed

Les véhicules particuliers ne seront pas admis au village le jour de l’enterrement. La dernière demeure de Hocine Aït Ahmed se trouve à l’entrée du mausolée de son aïeul, Cheikh Mohand Ou L’Hocine. Elle sera sans signe particulier. Pour se rendre au village d’Ath Ahmed où sera enterré le chef historique Hocine Aït Ahmed, deux choix s’offrent aux visiteurs : passer par Aïn El Hammam ou par Mekla. L’axe routier Mekla-Ath Ahmed est conseillé car l’état de la route est meilleur. Mais, sur ces deux routes, des ouvriers des communes et des travaux publics s’échinent à faire la collecte des déchets et retaper les accotements. Hier après-midi, au village, des dizaines de personnes sont venues présenter leurs condoléances à la famille et apporter des témoignages sur le parcours de Dda L’Hocine, comme ce vieil homme venu de Chlef. Rachid, proche parent des Aït Ahmed, raconte une anecdote : «Dda L’Hocine nous a dit une fois que normalement l’heyeth ikheddem af l’meyeth (le vivant entretient le mort), mais chez nous, c’est l’inverse.» En effet, la disparition d’Aït Ahmed est l’occasion de bitumer la route du village alors que non loin de là, des bulls sont à l’œuvre pour recouvrir de terre la décharge publique, à la sortie nord de la commune d’Aït Yahia, et des ouvriers construisent un mur d’enceinte. Rachid continue : «La route de notre village a été goudronnée deux fois ; la première, au départ de Hocine Aït Ahmed en 1989 et la deuxième en 2015, à son retour définitif.» Vers 13h, une délégation conduite par le wali était sur place «pour coordonner l’organisation de cet événement et mettre en place un dispositif sécuritaire», a indiqué Boussad Aït Ahmed, chargé de l’organisation des funérailles. Visiblement, le lieux de l’enterrement du leader historique a été objet de controverses. De loin, apparaît un grand chapiteau blanc, dressé sur une plateforme aménagée il y a deux jours à Sidi Ali Oulamara, à quelques dizaines de mètres du domicile d’Aït Ahmed. Selon les dernières volontés du défunt… La famille a changé d’avis, sans doute pour respecter les dernières volontés du défunt. Il sera enterré au mausolée de son aïeul, Cheikh Mohand Ou L’Hocine, dans la même tombe que sa mère, décédée en 1983, dont il n’a pas assisté à l’enterrement car étant exilé politique, témoigne Boussad. Celui-ci s’affaire à régler les derniers détails concernant la cérémonie. Pour mener à bien l’organisation, il adresse, à travers El Watan, plusieurs messages : «Nous lançons un appel à la discipline. L’entrée au village ne sera pas permise aux automobilistes. Ils devront prendre le bus à partir de Aïn El Hammam, de Mekla ou de Souama. Des parkings sont aménagés dans ces communes et des navettes assureront le déplacement vers Tissirt n’Cheikh, à l’entrée du village d’Ath Ahmed. Un terrain, où sera exposé le corps, a été aménagé afin de permettre aux gens de se recueillir à la mémoire du défunt. Nous devrons respecter le timing, comme la prière, la Fatiha et la levée du corps. Nous informons les honorables citoyens que l’enterrement aura lieu dans l’intimité. Nous insistons pour que les gens repartent aussitôt le recueillement fait pour permettre de meilleures conditions d’accueil. Nous mettrons en place de nombreux points d’eau pour se désaltérer, des sucreries et vingt tentes. Nous prions aussi les visiteurs de ne pas venir jeudi, pour nous permettre de maîtriser le déroulement de la cérémonie.» De Mekla à Tissirt n’Cheikh, il y a 15 km, à parcourir en 30 minutes en voiture alors que de Aïn El Hammam, il y a 10 km à faire en 30 minutes. La dépouille arrivera de Genève sur le premier vol d’Air Algérie, qui est prévu selon un voyagiste à 14h. Au village, Boussad et d’autres membres de la famille appréhendent des difficultés liées à la canalisation du flux attendu, surtout que des milliers de personnes s’organisent pour faire le déplacement de Béjaïa, Sétif, Bouira, Oran, Alger, Tizi Ouzou... La route qui mène au village est étroite et abrupte. Boussad demande aussi aux personnes âgées d’éviter le déplacement car, assure-t-il, «les obsèques seront retransmises en direct à la télévision». La demeure éternelle dans laquelle reposera Hocine Aït Ahmed se trouve à l’entrée du mausolée. Elle sera sans signe particulier. Elle symbolisera l’humilité, la dimension et la grandeur de l’homme qui a sillonné le monde pour la cause nationale et qui retrouvera pour l’éternité son village, toujours difficile d’accès.               

Aucun commentaire:

Publier un commentaire