samedi 12 septembre 2015

Après 15 ans à la tête de ce corps : Ahmed Boustila quitte la gendarmerie

A près 15 ans passés à la tête de la Gendarmerie nationale, le général-major Ahmed Boustila est remplacé par le général Menad Nouba. La décision est symbolique, puisque c’est une des figures de premier plan de la lutte antiterroriste dans les années 1990 qui cède ainsi sa place. Agé de 71 ans, Ahmed Boustila était à la tête de la Gendarmerie nationale depuis 2000. Il a remplacé à ce poste le général-major Tayeb Derradji. L’homme, originaire de Aïn M’lila, à l’est du pays, a donc accompagné les quatre mandats de Abdelaziz Bouteflika. A peine nommé à la tête de la gendarmerie, Boustila a dû faire face aux événements du Printemps noir de Kabylie. Ce corps de sécurité a été largement décrié lors de ces événements qui ont poussé la gendarmerie, et dans une certaine mesure la police, à tirer à balles réelles sur des manifestants qui n’avaient comme armes que des pierres et des cocktails Molotov. Le bilan de ces affrontements a été très lourd : plus de 120 jeunes ont trouvé la mort. L’image de la gendarmerie est écornée. La population de toute la région rejette ces gendarmes, souvent obligés de se terrer dans les rares casernes qui n’ont pas été délocalisées. Ahmed Boustila s’efforce, des années durant, à redorer le blason de ses éléments qui ont, petit à petit, repris leur place dans cette région. Durant ce «long règne» à la tête de la gendarmerie, Ahmed Boustila a doté ce corps d’un Institut national de la criminologie et de la criminalistique. L’institution, dotée des technologies les plus avancées en matière d’investigations sur les crimes, a fait ses preuves. Tout comme la communication tous azimuts installée comme règle chez les gendarmes. La volonté de ce corps de communiquer a poussé les responsables chargés de cette mission de pousser jusqu’à médiatiser, parfois, la saisie de quelques bouteilles de bière. Sur le plan politique, Ahmed Boustila, qui souffrirait de maladie, est considéré comme un fidèle du chef de l’Etat et d’Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major de l’ANP. Son remplaçant, le général-major Menad Nouba, originaire d’Oran, était chef d’état-major de la Gendarmerie nationale. Il a représenté, à ce titre, l’Armée nationale populaire algérienne lors de plusieurs rencontres internationales.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire