mardi 18 septembre 2018

Concours de poésie dédiée à la Grande mosquée d’Alger : les conditions de participation précisées

Après l’annonce de l’organisation d’un concours national de poésie dédié à la grande mosquée d’Alger, placé sous le haut patronage du président de la République, la radio Algérienne a précisé, ce mardi, les conditions de participation à cet évènement. Dans un communiqué rendu public, la radio Algérienne signale que les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 30 octobre, ajoutant que la participation est ouverte aux poètes Algériens lesquels devront faire parvenir un seul poème de 30 à 40 vers ou de 50 à 60 lignes pour la poésié en prose, écrit en langue Arabe. Lire les conditions de participation Les organisateurs remettront un prix de 1 millions de DA pour le meilleur poème et deux prix d’encouragement d’une valeur de 500 000 DA au second et au troisième, précise la même source.   Une commission composée de critiques littéraires et artistiques de renommée sera chargée de la lecture des poèmes qui lui seront proposés ainsi que de la désignation des lauréats. Pour rappel, cette manifestation culturelle est destinée à  mettre en lumière l’apport de la Grande mosquée d’Alger au rayonnement de l’Islam dans le monde, une religion de tolérance, de respect des valeurs universelles et du vivre ensemble.


Médicaments : la nouvelle rupture expliquée cette fois par un retard de signature

Plus de 240 médicaments sont actuellement absents des rayons des officines du pays en raison d'un retard de signature des programmes nécessaires à leur importation, « qui n’a pas été faite dans les délais ».   Devant cette situation, le président du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens signale que des appels ont été lancés au ministère de la Santé, pour qu’il pallie rapidement aux ruptures pouvant avoir un impact « sur la santé publique de nos concitoyens ». Intervenant, mardi, à l’émission L’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, le Dr Lotfi Benbahmed explique qu’en dépit d’une augmentation de la population, ce sont les mêmes volumes de traitements qui sont reconduits, « année après année », se révélant ainsi « très largement insuffisants ». Cette situation, révèle-t-il, a obligé à piocher sur les stocks de sécurité qui se sont à leur tour épuisés.   L'invité met également en cause des fabricants qui ont demandé au ministère de protéger précocement des médicaments qu’ils étaient censés produire, à l’exemple de corticoïdes, alors « qu’ils n’avaient pas commencé à le faire ». Face à la répétition régulière de ces types d’incidents, le Dr Benbahmed déclare souhaiter voir la nouvelle loi sanitaire instituer un encadrement réglementaire destiné à les prévenir pour les éviter. Pour cela, et afin de n'être pas contraint, chaque fois à traiter que « l’urgence », il propose la signature d’avenants prenant en compte les consommations mensuelles de traitements dont les stocks peuvent assurer les besoins, jusqu’au 31 mars de chaque année, les programmes suivants ne commençant, selon lui, à être réalisés qu’à partir du mois de janvier. Parallèlement, ajoute-t-il, les programmes d’importation devraient prendre en compte la reconstitution des stocks stratégiques de médicaments lesquels, précise-t-il,représentent à eux seuls 25% de la facture.                  


Médicaments : la nouvelle rupture expliquée cette fois par un retard de signature

Plus de 240 médicaments sont actuellement absents des rayons des officines du pays en raison d'un retard de signature des programmes nécessaires à leur importation, « qui n’a pas été faite dans les délais ».   Devant cette situation, le président du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens signale que des appels ont été lancés au ministère de la Santé, pour qu’il pallie rapidement aux ruptures pouvant avoir un impact « sur la santé publique de nos concitoyens ». Intervenant, mardi, à l’émission L’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, le Dr Lotfi Benbahmed explique qu’en dépit d’une augmentation de la population, ce sont les mêmes volumes de traitements qui sont reconduits, « année après année », se révélant ainsi « très largement insuffisants ». Cette situation, révèle-t-il, a obligé à piocher sur les stocks de sécurité qui se sont à leur tour épuisés.   L'invité met également en cause des fabricants qui ont demandé au ministère de protéger précocement des médicaments qu’ils étaient censés produire, à l’exemple de corticoïdes, alors « qu’ils n’avaient pas commencé à le faire ». Face à la répétition régulière de ces types d’incidents, le Dr Benbahmed déclare souhaiter voir la nouvelle loi sanitaire instituer un encadrement réglementaire destiné à les prévenir pour les éviter. Pour cela, et afin de n'être pas contraint, chaque fois à traiter que « l’urgence », il propose la signature d’avenants prenant en compte les consommations mensuelles de traitements dont les stocks peuvent assurer les besoins, jusqu’au 31 mars de chaque année, les programmes suivants ne commençant, selon lui, à être réalisés qu’à partir du mois de janvier. Parallèlement, ajoute-t-il, les programmes d’importation devraient prendre en compte la reconstitution des stocks stratégiques de médicaments lesquels, précise-t-il,représentent à eux seuls 25% de la facture.                  


Renversement d’un bus à Biskra : 2 morts et 42 blessés

Deux personnes ont trouvé la mort et 42 autres ont été blessées dans le renversement d’un bus de transport de voyageurs. Le drame est  survenu ce matin dans la région de Bir Naâm , à Ouled Djellel (Biskra), a indiqué le directeur de la Protection civile, Kendar Mohamed. Intervenant sur les ondes de la radio Chaine 1, M. Kendar a précisé que les personnes blessées ont été évacuées vers les établissements hospitaliers des villes de Tolga et Ouled Djellel alors que les dépouilles ont été acheminées vers la morgue de lئhôpital de Tolga. Une enquête  a été ouverte par les services compétents pour déterminer avec exactitude les causes de cet accident.


lundi 17 septembre 2018

Merkel met en avant le rôle de l'Algérie dans le règlement des conflits en Libye et au Mali

La chancelière allemande Angela Merkel a mis en avant, lundi à Alger, le rôle de l'Algérie en matière d'instauration de la paix et de la sécurité dans une région marquée par des conflits, notamment ses efforts dans le règlement des crises au Mali et en Libye.  "L’Algérie qui est le plus grand pays d’Afrique de par sa superficie, partage plus de 6.000 km de frontières avec les pays du voisinage qui connaissent des problèmes d'ordre sécuritaire", a-t-elle indiqué lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, mettant l'accent sur le rôle de "l'Algérie qui s'investit dans la réconciliation au Mali et le règlement de la crise en Libye par une solution interne et libyenne".   Ouyahia : L'Algérie rapatriera tous ses ressortissants en situation irrégulière en Allemagne De son côté, le Premier ministre Ahmed Ouyahia a affirmé que l'Algérie rapatriera tous ses ressortissants qui sont en situation irrégulière en Allemagne quel que soit leur nombre.  "Je vous confirme que l'Algérie récupérera ses enfants (en situation irrégulière en Allemagne), qu'il s'agit de 3.000 ou de 5.000 citoyens, tout en respectant un certain nombre de règles sur lesquelles on est en parfait accord avec les autorités allemandes",  a déclaré M. Ouyahia, lors de la conférence de presse conjointe avec la chancelière de la République fédérale d'Allemagne, Mme Angela Merkel. Parmi ces règles, le Premier ministre a insisté sur l'identification de ces ressortissants pour s'assurer qu'il s'agit bien de citoyens algériens. APS


Gaid Salah installe le général-major Abdelhamid Ghriss dans les fonctions de secrétaire général du MDN

Le Général de corps d’armée, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire a installé, lundi, le Général-major Abdelhamid Ghriss, dans les fonctions de secrétaire général du ministère de la Défense nationale (MDN) en succession au Général-Major Mohamed Zenakhri, mis à la retraite, indique un communiqué du MDN . "Au nom de Son Excellence, Monsieur le Président de la République, Chef Suprême des Forces Armées, ministre de la Défense nationale, et conformément au décret présidentiel du 16 septembre 2018, Monsieur le Général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire a présidé, aujourd’hui 17 septembre 2018, au niveau du ministère de la Défense nationale, la cérémonie d’installation officielle du Général-Major Abdelhamid Ghriss, dans les fonctions de secrétaire général du ministère de la Défense nationale, en succession au Général-major Mohamed Zenakhri, mis à la retraite", précise la même source. Le Général de corps d’armée a salué, à l’occasion, "les efforts consentis par le Général-major Mohamed Zenakhri tout au long de son parcours professionnel au sein des rangs de l’ANP", lui souhaitant une heureuse vie familiale.  Le général de Corps d’armée a également exhorté le nouveau secrétaire général, le Général-major Abdelhamid Ghriss à "veiller à l’exploitation optimale et rationnelle des capacités mises à disposition, et de focaliser l’attention sur l’investissement efficient des expériences acquises, afin d’atteindre le rendement dont notre Armée Nationale Populaire úuvre à la réalisation effective et sur le terrain avec dévouement". "Au nom de son Excellence, Monsieur le Président de la République, Chef Suprême des Forces Armées, ministre de la Défense nationale et conformément au décret présidentiel du 16 septembre 2018, j’installe officiellement, en ce jour, le Général-major Abdelhamid Ghriss, secrétaire général du ministère de la Défense nationale, en succession au Général-major Mohamed Zenakhri", a déclaré le Général-major Gaid Salah. Ensuite, le Général de corps d’armée a approuvé le Procès-verbal de passation de pouvoir entre le secrétaire général sortant et le nouveau secrétaire général du ministère de la Défense nationale, note le communiqué.